home

Cahier des mots inconnus

« Cinoc lisait lentement, notait les mots rares, et peu à peu son projet prit corps et il décida de rédiger un grand dictionnaire de mots oubliés [...]. En dix ans il en rassembla plus de huit mille, au travers desquels vint s’inscrire une histoire aujourd’hui à peine transmissible. »
Georges Perec, La Vie mode d’emploi.

Composition d’un long poème dont les vers (8001 prévus) sont tous issus d’extraits de lecture ayant tous la particularité de comporter un ou plusieurs mots dont j’ignorais le sens, ou que j’avais oublié (une station prolongée du curseur sur chaque vers permet de faire apparaître la source).

  1. Il y en a qui commencent par là, des femmes, des gosselines,
  2. c’est comme si un point, un ver, un hile germineux, surgeait du minable,
  3. Sans plus de scrupules qu’un vieux soudrille de troubler le cœur des autres.

  4. Ombres sapides,
  5. pâturages chétifs, haies à l’abandon, halliers envahissants,
  6. nage, méduse bleutée, ombrelle de mésoglée,
  7. puis glossolalies soliloquées en assourdi.